ELLE M L’ARTISANAT, Quand l’entreprise artisanale se compose au féminin !

ELLE M L’ARTISANAT, Quand l’entreprise artisanale se compose au féminin !

Elles étaient trente-quatre au départ à avoir répondu à l’appel pour la 3ème édition des Trophées Elle M l’artisanat. C’est sous les ors de la République, dans le salon Claude-Erignac de la Préfecture que ces femmes de l’artisanat : créatrices, cheffes d’entreprises, conjointes et apprenties, se sont retrouvées, le 19 mars dernier pour découvrir qui remporterait le titre Elle M l’artisanat 2018 !

Valoriser la place des femmes dans l’artisanat et mettre en lumière leurs parcours personnels, tel est le principe de ce concours départemental organisé par la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, en partenariat avec le Crédit Agricole Charente Périgord, la délégation aux Droits des femmes et à l’égalité, l’association internationale Soroptimist et le magazine Famosa. La sélection réalisée par les différents jurys a été particulièrement complexe au vue de la richesse des expériences de chaque candidate.

Les 4 parcours gagnants

Florence Pomedio a reçu le trophée en tant que conjointe collaboratrice. A 39 ans, cette coiffeuse de formation a repris, avec son mari Tom, Moto sport à Bouniagues. A l’ouverture de l’entreprise, elle a fait le choix de l’aider avec en condition de départ : « si ça ne me plait pas ou si je n’y arrive pas j’arrête ». Finalement elle n’a jamais envisagé d’arrêter et aimerait même agrandir l’entreprise !

Pour Karine Loiseau, gagnante du trophée Cheffe d’entreprise de moins de 3 ans, c’est une histoire de famille. Elle a tout quitté pour reprendre la suite de son oncle, à Montignac, dans la plus ancienne fabrique de pastels secs, les pastels Girault. Un sacré challenge pour une femme qui  exerçait encore en 2016 au service relations humaines à la RATP, en région parisienne. Après avoir obtenu le label Entreprise du Patrimoine Vivant, elle rêve de développer l’entreprise maintenant à l’international avec son meilleur allié dans cette aventure : son mari.

Anita Bocquier, qui a repris en 2012 la corderie de Thiviers a été récompensée au titre des d’entreprises de plus de 3 ans. Cette ancienne coiffeuse a eu un véritable coup de cœur pour le métier de cordier et surtout pour l’entreprise à reprendre lors d’un reportage durant le journal de Jean-Pierre Pernaut en 2011. Cinq mois plus tard, elle quitte 25 ans de coiffure et son département… et neuf mois après elle reprenait les cordes de cette entreprise. Elle peut-être fière de sauver un métier en voie de disparition. A 50 ans, elle déclare ne rien regretter « ça marche de plus en plus, et j’envisage même de recruter et de former un salarié pour faire face à la demande ! »

La benjamine de ces trophées, se nomme Amandine Grau, apprentie en CAP Pâtisserie-Boulangerie au CFA des Métiers. Cette jeune femme de 21 ans est une vraie épicurienne. Avec déjà un Bac pro cuisine en poche, elle a développé une réelle passion pour  toutes les facettes de la pâtisserie.
A terme, Amandine, Libournaise d’origine, souhaite créer sa propre entreprise en Dordogne. Nous la retrouverons sûrement dans quelques années parmi les candidates de la catégorie créatrice…

Vous souhaitez vous candidater pour les Trophées 2019, rendez-vous sur le site www.artisanat24.com à partir du 1er novembre 2018.

———————————–

L’artisanat au féminin en chiffres

22 % des cheffes d’entreprise de Dordogne (soient 2 723 dirigeantes)
37% des apprentis sont des femmes
Elles sont majoritairement présentes dans les secteurs du soin à la personne (41%) et l’alimentation (16%). Seul 5% gèrent des entreprises dans le secteur du Bâtiment

————————————————————————————————————-

Retrouvez ci -dessous les plus belles photos de cette soirée

Crédit : NR Photo (Nicolas Ravinaud)