Artisan d’un jour – Dorian Kenil entre tradition et innovation

MENUISERIE SALAVERT une identité bois très tendance

La Menuiserie Salavert, est une structure artisanale dont la renommée, en Périgord, a traversé les décennies. Son fondateur Jean-Claude Salavert, a toujours su conjuguer tradition et innovation pour anticiper et répondre à la loi du marché.  La passation à Joseph Deman, au parcours professionnel musclé contribue aussi à son expansion.

C’est Dorian Kenil, Directeur de la Maison de l’Emploi et agent de développement économique du Grand Périgueux,  qui se retrouve cette fois ci invité, pour l’opération «Artisan d’un jour», à partager le vécu et les projets du nouvel homme fort de l’entreprise !

Deux hommes de réseaux

Très vite, le feeling passe entre les deux hommes qui font connaissance autour d’un café, dans un espace entre le « showroom » et l’atelier. Joseph Deman interroge Dorian Kenil « en quoi consiste votre travail de directeur ? » Ce dernier lui répond « l’une de mes principales missions, directement en lien avec ma présence chez vous, est de créer des relations étroites avec les employeurs, le monde économique et son développement, sachant que j’ai aussi un volet RH à gérer par ailleurs. »

Le dialogue se poursuit, sur l’activité économique et sociale ainsi que les récentes restructurations géographiques ;  et Dorian Kenil de rajouter « il y a à prendre en compte cette notion de territoire et de proximité pour pouvoir vraiment proposer des offres de services appropriées et adaptées aux réalités locales ! »

C’est au tour de Joseph Deman de lui expliquer son cursus « alors, moi je suis originaire du Nord,  j’ai fait un Master en management des achats internationaux à Reims, et j’ai été longtemps Directeur des achats et approvisionnements dans de grosses boîtes, en France et à l’étranger. Je n’étais pas beaucoup chez moi ! »

Les échanges vont bon train, car ce sont deux hommes de réseaux. On le ressent dans leur façon d’aborder leur vie professionnelle, et sûrement même leur vie tout court !

Le hasard n’existe pas

« Comment avez-vous atterri en Dordogne et comment avez-vous su qu’il y avait cette menuiserie à vendre ? » lui demande Dorian Kenil.

En fait, j’étais déjà à Périgueux, car j’ai bossé quatre ans et demi aux Robinetteries Hammel. Et comme j’avais dans l’idée de me mettre à mon compte, je suis allé à la Chambre de Métiers lors d’une manifestation régionale de reprise d’entreprises. On m’a fourni trois possibilités de rachat. J’ai assisté à une représentation du « Théâtre à la carte » c’est là que le hasard m’a fait rencontrer Jean-Claude Salavert… et comme le hasard n’existe pas … » !

Il nous explique alors, comment il s’est investi pendant huit mois pour découvrir, et analyser tous les rouages de cette menuiserie, installée en Périgord noir, près de Rouffignac St Cernin, en pleine campagne.

Pendant plus trente cinq ans, son prédécesseur lui a donné des assises fondamentales, tout en rajoutant, à sa fabrication bois traditionnelle, une spécificité d’agencement magasins, notamment pour les pharmacies. Du clé en mains, avec la  coopération de plusieurs artisans locaux, peintre, électricien et menuisier, qui lui a permis de se positionner sur une niche très porteuse. C’était une stratégie très avant-gardiste !

Un virage à 180

C’est alors que Joseph Deman, entre dans le vif du sujet sur le danger, malgré tout, de faire porter la production sur 80% du chiffre sur un seul créneau, celui du marché de la pharmacie, qui commençait à baisser…le tout métal ayant tendance à remplacer le bois ! « Je me suis dit qu’à tous les deux, nous pouvions redresser cette difficulté momentanée ! Jean-Claude sur la partie très technique et moi sur la commercialisation !  Et je lui ai racheté l’entreprise il y a trois ans avec toute l’équipe ».

Il nous parle avec enthousiasme de comment il impulse sa volonté de diversifier l’offre et sa clientèle, pour mieux  vendre le savoir-faire et la qualité de Salavert menuiserie-agencement. « Aujourd’hui, sur le marché, il y a trop de low-cost ! Nous ici, nous avons à défendre une fabrication irréprochable et sur mesure. Tout est clair, précis et détaillé, pour nos clients pas de surprise à la fin du chantier !».

Dorian Kenil, impressionné par la rigueur et l’ardeur des propos, relève que cet aspect qualitatif se remarque, dès l’arrivée dans le hall d’accueil. Les matériaux aux coloris et formes très modernes, donnent tout de suite une idée du style contemporain, du sol au plafond, tout est prétexte à s’extasier, toucher, comparer ! De là où nous sommes, nous voyons l’atelier par les grandes baies vitrées, dont aucun bruit ne ressort. Et devant nous, deux bureaux, celui du patron, et celui de Sylvie, la spécialiste du dessin 3D, le pilier de l’entreprise en matière de PAO.

De la conception à la pose

« Comment vous organisez-vous pour coordonner vos trois métiers, ce ne doit pas être simple au départ ? » demande alors Dorian Kenil. « Effectivement, c’est une question primordiale ! Dès que nous avons une commande à réaliser, » lui répond Sylvie,  « je m’assure que mes propositions soient réalisables par les gars de l’atelier, et parfois je dois modifier ma première création, si techniquement ce n’est pas possible ! ».

Joseph Deman nous propose de voir en direct sur l’ordinateur, comment s’y prend Sylvie. Elle nous fait une démonstration du projet actuel, celui de l’Office du Tourisme du Grand Périgueux, dans l’ancienne poste centrale. Elle nous explique les attentes, les contraintes d’accueil mobile et les liens réguliers avec l’architecte pour finaliser sa présentation. « J’accorde une attention toute particulière aussi à l’ergonomie » rajoute Joseph Deman.  Pendant qu’il nous parle des nombreux clients qui lui ont fait confiance, et qu’il nous raconte les anecdotes sur les 200m² du hall d’exposition de la Grotte de Maxange, entièrement rénovés, du meuble commandé par le Gouffre de Proumeyssac, et qu’il a fallu monter  « in situ », des 100m² des Opticiens des Romains, du magasin « Arts et Fenêtres » à Trélissac, de la pharmacie du Coderc, du  Kaféier de la rue Limogeanne… « Pour Salavert, menuiserie-agencement, c’est une belle image ! » dit-il fièrement.  Il poursuit sur des exemples de réalisation pour des particuliers, car il nous avoue mettre la barre très haut, pour leur fabriquer ce qu’ils ont en tête comme notamment un ilot central en forme de piano à queue, en verre et céramique intégré dans une cuisine, ou un dressing original et fonctionnel dans un espace limité. « Tout est dans le détail ! Je leur procure aussi des grands échantillons, pas de simples nuanciers. Parfois ils ont du mal à se projeter, même avec le visuel sous les yeux. Il faut de la patience, du dialogue, et quoi qu’il en soit, notre basique est déjà beaucoup plus performant que chez la plupart des confrères néanmoins concurrents ! » Et la cerise sur le gâteau, Joseph Deman fait bosser un photographe professionnel pour pouvoir montrer à ses futurs clients le savoir-faire artisanal de son entreprise ! « C’est notre carte de visite. Et où que je sois, je cherche à ramener des commandes intéressantes pour l’équipe ».

Un seul plateau de 750m² tout neuf

Vient alors le moment de passer dans l’atelier de fabrication. Dorian Kenil enfile un superbe bleu de travail. Le voilà prêt à changer d’environnement. Toutefois, pour des raisons de dangerosité des machines qui occupent les 750m² couverts, il ne pourra pas s’essayer à découper une planche ni même à réaliser un collage, par sécurité, et pour ne pas pénaliser économiquement un travail, si jamais il faisait une erreur …. N’est pas menuisier qui veut ! On le comprend bien ! Joseph Deman, présente l’organisation du travail. Les machines sont, pour certaines, équipées d’ordinateurs qui programment les différentes étapes de fabrication. Au fond, des étagères où sont stockés les différents espèces et formats de bois, avant découpe. Un chariot élévateur électrique récemment acheté facilite la manutention. Il joue à fond le jeu d’économie d’énergie. Tout est aux normes, côté protection et aspiration des particules volatiles, jusqu’au recyclage des déchets et chutes… Il aimerait bientôt se procurer un bras manipulateur, mais il doit d’abord éponger les frais liés au déménagement, avant de faire de nouveaux investissements ! Tout est conçu sur un seul plateau pour plus de cohérence et de fonctionnalité.

Il  nous présente dans la foulée son équipe. Tous menuisiers, formés par Jean-Claude Salavert : Vincent, le plus jeune avec 12 ans d’ancienneté, Jean-Paul 27 ans de fidèle présence, et Michel le chef d’atelier qui depuis 23 ans coordonne le travail des gars en accord avec les commandes que Joseph Deman ramène, à présent, à la fabrication. Il y a aussi deux poseurs, et de temps en temps des jeunes en stage, pour leur mettre le pied à l’étrier et leur donner le goût du métier. Il leur a conçu un local social pour la pause déjeuner d’une heure, et leur faire gagner du temps pour pouvoir les libérer plus tôt en fin de journée.

L’humain au cœur de la rencontre

Au moment de prendre congé, il nous sensibilise à sa devise : apporter, autant que possible, une solution globale à ses clients, ce qui l’amène parfois à faire faire le travail par l’un des ses confrères électriciens, plaquistes, peintres, plombiers ou autres corps de métier, rencontré grâce au réseau BNI (Business Network International) à Marsac. « C’est une force ! » conclut-il. S’en suit un moment de détente autour du ballon ovale qui trône fièrement dans le hall d’exposition. Il faut dire que « dans une autre vie », Dorian Kenil s’est distingué comme 2ème ligne au CAP pendant 13 ans, avant d’être entraîneur une année. Du côté de Joseph Deman, c’est l’occasion de parler de son fils qui joue en Fédérale 3 à Evreux. Ils se réjouissent de la prochaine diffusion sur Canal de la Coupe du Monde de rugby féminin. S’il fallait réaffirmer que le sport unit les Hommes… c’est chose faite !

Dorian Kenil nous dira, plus tard, sur le parking, « Je ressens que l’Artisanat est un secteur qui permet des reconversions professionnelles très valorisantes. Certes, sa décision de reprise est liée aussi en partie à son histoire personnelle. Mais nous avons vu un chef d’entreprise extrêmement respectueux des savoir-faire traditionnels et qui apporte une stratégie commerciale et de communication très novatrice et indispensable aujourd’hui. Il s’implique à tous les niveaux de détails et a cette volonté de façonner à son image l’entreprise, en lui donnant un nouveau visage ! »

L’entreprise est située sur un axe routier très en vue, à la sortie de Périgueux, en direction de Cré@vallée, dans les anciens bâtiments des peintures Marcus, entièrement relookés afin d’attirer l’attention des conducteurs. C’était aussi l’occasion de mettre en avant la nouvelle identité visuelle, très design de l’entreprise Salavert.

Tél. 05 53 05 40 27 / www.menuiseriesalavert.fr